Suis-je réellement UP? Un bref aperçu philoquantique de la bipolarité (où il est également question du futur politique de la France)

Réponse immédiate: Non. Comme mon psychiatre et moi l’avons conclu, je suis bien plus, non pas dans une condition de mixité d’états thymiques — alternance temporelle de déprime et d’excitation–euphorie — mais dans une condition de superposition atemporelle d’états thymiques: de l’extérieur, je me vois — vision susceptible de radicalement changer au contact des autres — comme une personne calme sinon fatiguée (cela fait quatre jours que je ne parviens pas à aller courir), à fleur de peau, mélancolique, ayant besoin de solitude et de recueillement; mais, précisément là où je devrais trouver une forme de paix intérieure, lorsque je plonge à l’intérieur de moi-même, je ne vois qu’ébullition et accélération contre torture et usure de la conscience — état tachypsychique, épuisant nerveusement et physiquement, conditionnant la nécessité d’augmenter, pour compenser les limites du lithium, les doses de quétiapine à un niveau thymorégulant sinon antipsychotique (300—500 et inéluctablement bientôt 600 voire 1000 mg) qui, de par son effet sédatif et calmant, limite l’envie d’activité physique, conduit au recours à la caféine et à la nicotine, mélange puéril relimitant l’envie d’activité physique et restimulant la tachypsychie. Dans ce cercle vicieux infernal et difficilement arrêtable, je suis incapable de projeter auprès de l’Autre, des autres, en présentiel mais surtout au travers de la cyber-sphère, autre chose qu’élation, trouble obsessionnel de la personnalité (mots clés: Fishbach; Suede; Blade Runner; Rêves; Astres; Métaphysique; Chemins du Passé; Mort) et retard mental et comportemental (chaque phase hypomaniaque—maniaque de mon existence rappelant à la rescousse l’attitude adolescente), ce dernier étant en outre entretenu par l’assistanat propre au monde de la clinique psychiatrique: serais-je ainsi en effet, pour le moment, capable de mener une vie d’adulte normale en dehors de mes murs? Rien n’est moins sûr. Plus loin, cette projection sociale de mon état d’âme ne fait que renvoyer l’Autre, les autres aux passés de mon Moi et le, les faire encore un peu plus fuir sinon disparaître, cinématique ne pouvant que m’isoler davantage, ne pouvant que me donner l’impression d’être aux Portes de la Fin: colombe grippée et vibrionnante en équilibre instable sur la crête de l’euthymie, je suis appelé ici sur un côté mortel (chute dans le vide), là sur un côté éternel—infernal (envol vers le ciel et le soleil, « aussi haut que Dieu décide d’aller faire mourir le vent »), ici par les délires propres à la manie, là par abîmes propres à la dépression. Cisaillé dans les chenaux en tresse infinis de l’inquiétude propre à l’écriture (cf. Benoît Monnier, « Nihil und Ereignis II », 2007, in: unblogdhelmutcorrect/category/benoit/), de fait autonéantisé, je ne peux, lorsque je trouve le sommeil, que plonger dans des rêves fourmillant d’idées d’une netteté et d’une troublance confondantes, si cinématographiquement aboutis que je ne me réveille jamais sans avoir le sentiment de revenir d’une autre existence: que croire? — Lorsque je me retrouve, désemparé et incrédule, au côté d’ « une » Flora Fischbach me certifiant une idylle ancienne (si ma conscience m’interdit l’érotomanie, mon subconscient n’y parvient pas), dans une ville de chaos et de désordre respirant les poix d’une fin du monde proche, dans un mois de septembre d’une année inconnue (2022?), apprenant, en contemplant les foudres de météorites hurlant dans les vastes cieux, une maladie me condamnant à quatre mois de vie restante, pénétrant sous l’égide de Salomé et son serpent dans un Paris élyséeisé par Marine Le Pen, retombant, désespoir, sur une Flora Fischbach en pleurs confessant avoir fait un mauvais choix électoral (pourquoi cette idée? La dernière personne a toujours clairement affiché son soutien à la gauche sinon à l’extrême gauche), tous éléments déjà entraperçus sinon clairement vus dans mes phases de demi-réalité, demi-rêve de l’hiver 2018–2019, appelées « trou de ver » dans de nombreux articles en anglais de ce blog — si, comme l’a écrit José Luis Borges, mon âme est l’Univers tout entier, on y trouve forcément des trous noirs et des trous de ver perdus au milieu d’une infinité d’étoiles… Rêve prémonitoire? Précognition? Que nous réservent les mois et années à venir? Pourquoi toujours cette impression de vivre dans un mauvais film de science-fiction? « Où est le sauveur? »… N’aurais-je pas un jour lu une interview où Flora Fischbach confessait le désir de devenir un jour Présidente de la République? Sans doute, au vu du contexte affiché ci-dessus, Flora Fischbach déciderait-elle, soutenue par le Royaume-Uni (me trompé-je: n’aurait-elle pas des racines Outre-Manche?) et toutes les banlieues de France et des Ardennes, de mener un coup d’État « rock’n flowers », s’autoproclamerait-elle Reine (Flora I), instaurerait-elle une monarchie constitutionnelle socialiste, nommerait-elle Jean-Luc Mélenchon premier ministre, m’accorderait-elle une allocation Oisiveté à durée indéterminée à condition que je ferme un peu ma gueule!, avant de retourner vaquer à ses occupations artistiques, living la Dolce Vita… Sérieusement? Pour sûr avec une telle femme au pouvoir les hôpitaux psychiatriques n’auraient pas la même allure: on y trouverait des plantes luxuriantes, de grands canapés et des coussins partout, des animaux de compagnie, des peluches, des lecteurs Spotify de haute résolution, des distributeurs de préservatifs et de cigarettes à moitié prix et, bien évidemment, les psychiatres auraient les qualifications suffisantes pour prescrire des drogues psychédéliques élaborées scientifiquement — et les smartphones et Facebook seraient interdits aux infirmiers/ères durant leurs heures de travail! 

 

2 commentaires sur “Suis-je réellement UP? Un bref aperçu philoquantique de la bipolarité (où il est également question du futur politique de la France)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s